chasseur immobilier
à bruxelles

presse & actualités

la presse en parle

Le marché de l'immobilier belge se porte bien 

La crise internationale du crédit est favorable au marché belge de l'immobilier. La Belgique, connue pour son caractère stable, reste une valeur sûre aux yeux de nombreux investisseurs internationaux. Contrairement à beaucoup de villes d'Europe et du reste du monde, l'impact de la crise du crédit reste extrêmement limité sur le marché de bureaux.

La crise des prêts hypothécaires que connaît le marché américain a engendré une crise internationale du crédit qui affecte également les investissements en biens immobiliers. Ce phénomène signifie la fin des prestations majeures des marchés immobiliers européens. Pour la première fois en 4 ans, les rendements européens sur les biens meubles ont à nouveau augmentés. Malgré l'instabilité sur la plupart des marchés d'investissement, CB Richard Ellis Group enregistrait aujourd'hui un volume d'investissement supérieur de 6% au volume record de l'année 2006 puisque 246 milliard euros ont été investis dans l'immobilier européen en 2007.

Le marché européen des locations ne semble pas affecté par cette crise jusqu'à présent puisque les prix des loyers demeurent stables ou en hausse. Ce n'est, par contre, pas le cas du marché européen de l'investissement qui a, dans la plupart de ses marchés, enregistré de fortes hausses des rendements sur les biens immobiliers.

Jusqu'à présent l'impact de la crise du crédit sur le marché immobilier européen ne s'était pas répercutée sur tous les marchés de façon équivalente. On notait, par exemple, que Londres était la ville la plus touchée et affichait un "yield shift" ascendant important durant la seconde moitié de 2007. L'augmentation des rendements payés sur les bureaux affichait 100 points de base pour atteindre 5.50% dans la City et 4.75% dans le West End. En d'autres termes, la valeur d'un bâtiment pouvait chuter de 18% sur un laps de temps très court. De la même façon, Londres faisait face à un fort ralentissement du nombre de transactions sur le marché de l'investissement. On notera que l'Irlande, la Pologne et la Suède ont également souffert de la crise du crédit, voyant, elles aussi, leurs volumes d'investissement baisser.

Sur le continent européen, presqu'aucun ralentissement n'a été observé dans le secteur de l'investissement. Cette constatation s'explique par le fait que les taux d'intérêts sont plus bas et les courants de capitaux internationaux sont plus importants dans le secteur de l'immobilier. Au Luxembourg par exemple, le volume d'investissement a doublé par rapport à l'année dernière. Le Danemark, l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal, la Hongrie et la République tchèque ont également connu une croissance importante. Cependant, dans de nombreuses villes, des rendements croissants ont été notés. A Paris, le rendement sur l'immobilier a par exemple augmenté de 40 points de base pour atteindre 4%.

La crise internationale du crédit est favorable au marché de l'immobilier belge. La Belgique, renommée pour son caractère stable, est pour de nombreux investisseurs internationaux une valeur sûre. Contrairement à d'autres villes de bureaux en Europe, l'impact de la crise du crédit reste extrêmement limité. En 2007, plus de 5 milliards d'euros ont été investis dans de l'immobilier professionnel en Belgique, ce qui représente 10% de plus qu'en 2006. Gaétan Clermont, administrateur délégué de CB Richard Ellis en Belgique souligne: « Le marché des bureaux reste le secteur le plus actif avec presque 2,5 milliards d'euros d'investissements. Deux milliards d'euros concernent des achats de bureaux à Bruxelles. Ce sont surtout les fonds allemands, les investisseurs privés irlandais et les fonds immobiliers anglo-saxons qui ont joué un rôle essentiel en 2007. »

De plus, l'intérêt de l'étranger pour les bureaux bruxellois fait que les rendements restent bas. Début de cette année, CB Richard Ellis a conseillé le groupe immobilier anglais Rockspring dans la vente du bâtiment Arcadia, situé au Mont des Arts à Bruxelles, à Standard Life. La transaction s'est conclue avec un rendement record pour le marché belge.

Pour l'année 2008, Gaétan Clermont s'attend de nouveau à une excellente année d'investissements. La Belgique et Bruxelles sont plus attrayantes que jamais pour plus d'un investisseur immobilier. « La crise internationale du crédit a surtout occasionné un changement dans le type d'investisseurs. Les exigences plus strictes de financement, ont pour conséquence un retour des investisseurs immobiliers plus conservateurs, avec les fonds d'investissement allemands en tête. Mais en 2008, il y aura aussi plus de place pour les institutions belges, tels le Bevaks et les institutions financières. »

©Immoscan News - 14 mars 2008



retour liste

nous contacter

 

tél. +32 (0) 473 51 16 68

Home Dating
25, rue de l'Escrime
1190 Bruxelles

Numéro d'entreprise : BE 0890.605.894
IPI 505.651