chasseur immobilier
à bruxelles

presse & actualités

la presse en parle

Vu dans "Le Soir" "Les notaires sondent le marché bruxellois en début d'année 2007 : L'immobilier grimpe toujours..."

Après deux années de surchauffe, la fièvre retombe un peu. Le produit phare est désormais l'appartement trois chambres.

Comme ils le font depuis deux ans, les notaires sondent le marché immobilier bruxellois en début d'année. Leurs chiffres sont pertinents et leur baromètre fiable puisqu'ils traitent des prix de vente réels des biens (et non les prix affichés, sujets à négociation).

Selon les notaires bruxellois, l'immobilier grimpe encore, mais l'augmentation des prix est un peu plus raisonnable. La poussée de fièvre qui avait agité le secteur en 2004 et 2005 (de 15 à 25 % de hausse) fait place à des croissances plus modérées bien que soutenues : + 9 % pour les maisons unifamiliales et celles de rapport, + 10 % pour les appartements une chambre et + 9 % pour les appartements deux chambres. La surchauffe continue néanmoins pour les appartements trois chambres (+ 16 %) : les maisons étant devenues hors de prix, la clientèle aisée se rue vers les trois chambres...

Si la tendance lourde reste à la hausse, on note un essoufflement du marché « haut de gamme », qui subit un ralentissement, voire, dans certains cas, une légère régression. Par ailleurs, on constate des délais de négociation et de réflexion plus longs. Cela signifie que les acquéreurs ne sont plus prêts à toutes les folies. Les vendeurs seraient-ils devenus trop gourmands ?

Autre signe : les prix moyens des logements augmentent beaucoup plus vite dans le nord de Bruxelles que dans le sud et l'est (où, il est vrai, les prix ont atteint des sommets inégalés). Apparemment, les ménages migrent vers Schaerbeek, Koekelberg, Evere, Jette ou Laeken, attirés par des prix un peu plus raisonnables.

Qu'est-ce qui explique le maintien de la hausse, même modérée ? La demande reste toujours très forte (les trois quarts des Bruxellois sont propriétaires de leur logement) et les investissements sont nombreux. Bruxelles reste une place enviée et très bon marché par rapport aux autres grandes villes européennes (Amsterdam, Paris).

De plus, la faiblesse des taux d'intérêt et l'augmentation de la durée des crédits ainsi que le développement des produits bancaires favorisent l'acquisition des biens immobiliers et poussent le marché à la hausse. Tout comme le manque de terrains à bâtir. On note aussi, mais dans une plus faible mesure, les abattements des droits d'enregistrement bruxellois (7.500 personnes en ont profité) : jusqu'à 9.000 euros d'économie.

Les prix maintenant. Comme l'année précédente, Ixelles est la championne toutes catégories (467.000 euros pour une unifamiliale). Cette même commune se dispute la première place pour les autres catégories de biens, avec Woluwe-Saint-Pierre, ce qui n'est pas une surprise. Dans le bas du tableau, Saint-Josse.

Il n'empêche que les prix moyens qui figurent sur notre tableau laissent rêveur : il ne faut pas oublier que les chiffres donnés par les notaires sont des moyennes qui englobent aussi bien les ruines à retaper que des immeubles neufs.

Le prix au mètre carré pour les appartements variant entre 1.500 et 1.730 euros...

Si l'on ajoute les droits d'enregistrement et éventuellement les garages et les emplacements de parking, dont le prix moyen varie entre 11.000 et 35.000 euros, on constate que l'accès à la propriété devient petit à petit hors prix pour les ménages moyens.

Les perspectives ? Les notaires sont des gens bien trop sérieux pour jouer à Madame Soleil. Néanmoins, les hausses ne sont pas infinies et les emprunts à taux variables commencent à faire l'objet de critiques. Mais globalement, Bruxelles continue à être attractive, notamment aux yeux des investisseurs étrangers.

Bref, le marché ne risque pas de s'écrouler. Par contre, il devrait s'assagir et voir ses taux de croissance décélérer. L'amorce de la décrue est nette dans le haut de gamme (plus de 500.000 euros). Et puis, pour terminer, un conseil : il est toujours bon, avant d'acheter, de demander l'avis d'un notaire. C'est gratuit.

©Le Soir - 13 février 2007

Visitez Le Soir En Ligne - www.lesoir.be



retour liste

nous contacter

 

tél. +32 (0) 473 51 16 68

Home Dating
25, rue de l'Escrime
1190 Bruxelles

Numéro d'entreprise : BE 0890.605.894
IPI 505.651